Harry Eliott ou la ligne claire avant Tintin

Deux jolis petits cadres

L’autre jour, Graziella a ramené deux jolis petits cadres d’une vente aux enchères dans une maison bourgeoise du sud de la Corrèze.

harry eliott,ligne claire, cadres, brocante

 Il s’agit de deux petites estampes ou lithographie en couleurs.

Observons les plus en détail.

Celle-ci représente « le dentiste ».

Le dentiste par Harry Eliott

Vous pouvez voir l’objet ici sur le site : le dentiste

et celle-là, c’est « le médecin« 

Le médecin par Harry Eliott

L’objet sur le site : le médecin

C’est très bien dessiné, c’est coloré, frais, amusant.

Un amateur de bandes dessinées vous dirait que c’est la ligne claire bien avant Tintin et Hergé !

C’est signé Harry Eliott (Eliott avec un « l » et 2 « t »), et je me suis intéressé à cet artiste.

Signature Harry Eliott

Harry Eliott, l’angliche

Tout est dit sur la page wikipedia d’Harry Eliott !

En voici un petit résumé :

Harry Eliott, de son vrai nom Charles Edmond Hermet est né à Paris en 1882 , et est mort à Villez-sous-Bailleul en 1959, est un dessinateur et illustrateur français. 
Amoureux de l’Angleterre, il adopta très tôt un pseudonyme anglo-saxon et essaya de se faire passer pour un Anglais.
Il est connu pour ses estampes au pochoir, humoristiques, de cavaliers, de scènes de chasse à courre, de moines et autres, dans le style victorien des illustrateurs anglais.
Outre ses estampes recherchées par les amoureux de la chasse et des chevaux, il réalise des illustrations pour des livres pour la jeunesse.
Au début du xxe siècle, il illustre des revues (Nos loisirs, Mon journal, Le Sourire, la Revue Illustrée).
De 1923 à 1940, il réalise également de nombreuses couvertures pour Le Chasseur français et des catalogues de Manufrance.
Perdant la vue et aimant trop la boisson, il décède en 1959 dans le plus complet dénuement.

D’autres infos sur ce site : Harry Eliott Club

Quelques autres œuvres

Admirons ensemble quelques œuvres d’Harry Eliott.

Voici la couverture de David Copperfield pour la bibliothèque verte.

David Copperfield de Dickens, illustration par harry Eliott

Et voici quelques uns de ces fameux moines :

En parcourant mes vieux catalogues Manufrance (j’en avais déjà parlé dans ce blog), j’ai aussi trouvé de belles illustrations d’Harry Eliott.

Voici la première :

Ca mordait si bien !

La légende est : « Ca mordait si bien ! »

Voici la seconde, la légende est « La première leçon » :

Ma preière leçon, manufrance

Cette belle image pourrait très bien illustrer un conte de Maupassant !

Louis

Qui sont ce ?

Un joli petit couple

Aujourd’hui, je ne vais pas vous apprendre quelque chose, mais je compte sur vous pour me renseigner !

Qui sont ce ? est le titre de ce billet de blog.

Voici deux inconnus qui forment un joli petit couple.

Il s’agit de deux médaillons l’un en terre cuite (la femme) et l’autre en plâtre

(l’homme).

Bien que les deux médaillons ne semblent pas de la même matière, l’ensemble forme bien une paire. Ces deux objets ont été achetés ensemble.

Visiblement, ces deux personnages sont habillés à la mode de la renaissance (vers 1500).

Vous pouvez admirer séparément ces deux objets sur le site.

Voici le gars

Lien vers le médaillon de monsieur

Voici la fille

Lien vers le médaillon de madame

J’ai pensé à François 1er et à la reine Claude, mais même si les costumes ressemblent un peu, visiblement, ils étaient moins beaux !

Personnellement, dans le même style, je préfère ce couple-là, beaucoup plus glamour.

Il s’agit d’Errol Flynn et d’Olivia de Haviland dans le film Robin des bois !

Si vous avez des idées, merci de nous le signaler en laissant un post sur ce blog.

Louis

Une jolie petite brocante

L’histoire d’une image

C’est l’histoire d’une image que je vais vous conter aujourd’hui, l’image d’une jolie petite boutique de brocante !

Cette image circule beaucoup sur internet, elle est utilisée par de nombreux sites. Elle symbolise la boutique de brocante par excellence. Voici donc l’image en question :

Vous pouvez la trouver très simplement en tapant brocante sur Google Images.

Une boutique à Millau

Peu de gens le savent mais cette image est celle d’une boutique de brocante située à Millau, en bas du boulevard de l’Ayrolle.

Je le sais car Graziella est née et a grandi à Millau et c’est sûrement dans cette boutique qu’elle a attrapé le virus de la brocante : la « brocantitude » !

Aujourd’hui la brocante a disparu et a laissé la place à un tapissier matelassier.

Voici la boutique qu’on peut y trouver aujourd’hui. L’image a été récupérée sur Google street view !

On reconnait bien les deux luminaires au dessus de l’enseigne ainsi que le rideau métallique.

La machine à remonter le temps 

Hélas, la brocante si mignonne a fermé ses volets, le brocanteur est parti à la retraite, il l’avait bien mérité !

On ne pourra plus prendre cette jolie boutique en photo.

Depuis quand ? Et bien Google street view m’a permis de savoir quand ! C’est formidable, Google street view garde en mémoire les photos des passages précédents. Google street view est une machine à remonter le temps !

Ceci est la commande de Google street view qui permet de remonter le temps ! On peut se déplacer sur la « timeline » et regarder les modifications au cours du temps !

Voici ce que cela donne pour notre petite brocante du boulevard : 

On chine où alors ?

La petite boutique de brocante de Millau a fermé ses volets entre septembre 2012 et Aout 2015 mais retrouvez l’esprit de la brocante d’antan sur ma-petite-brocante.com !

Comme avec Google street view, voyagez dans le temps sur notre site de brocante en ligne.

C’est sympa les voyages temporels !

Louis

Quiz et objets mystères

Une de mes activités d’assistant brocanteur en ligne consiste à écrire une lettre d’information tous les mois (on dit aussi une newsletter mais je préfère le terme français). Dans cette lettre d’information envoyée aux clients et amis du site ma-petite-brocante.com, je présente surtout les dernières nouveautés que Graziella a déniché.

Une des rubriques préférées de cette lettre d’information est la rubrique « le quiz du mois« . Dans cette rubrique, il s’agit de deviner la fonction d’un objet ou de répondre à une devinette en rapport avec un objet présenté sur le site.

J’ai décidé aujourd’hui de vous présenter aujourd’hui un florilège des objets présentés dans cette rubrique.

Vous êtes prêts? C’est parti !

Les quiz

(Après plusieurs recherches, je ne sais toujours pas si quiz au pluriel doit s’écrire « les quiz », « les quizs » « les quizz » ou « les quizzes »).

Des objets mystères

Quelle est la fonction de chacun de ces objets ?

Solution


Solution

Solution

Avec du vocabulaire…

Quelle est la fonction de cet objet ? Quelle est sa région d’origine ? Quel est son nom ?

Solution

Trouvez l’artiste…

Un artiste anonyme à réalisé ce dessin. Il s’est inspiré d’un illustrateur très célèbre. Quel est le nom de cet illustrateur ?  

Solution

Histoire de lettres…

Sur cet abécédaire de 1905, il manque une lettre ! Quelle est cette lettre manquante ?
Quand est-elle apparue dans notre langue ?

Solution

Devinette

Ca ressemble à un cigare…Mais ça n’est pas un vrai cigare !

Saurez-vous deviner quel objet se cache dans ce cigare factice ?

Solution

C’est fini !

Ça vous a plu ? Si oui, faites le nous savoir, j’en ai encore en réserve. Vous pouvez aussi vous inscrire à la lettre d’information sur notre site !

Louis

Le khâlot du taupin

Encore une faluche ?

Fidèle lecteur, vous souvient-il de cet article sur la faluche ?

Le lien est ici : l’article sur la faluche

Et bien voilà, c’est à Aurillac que Graziella a déniché un objet similaire.

Dans l’esprit, ça ressemble bien à une faluche : un couvre-chef orné avec des insignes (on ne disait pas des pin’s à l’époque).

Après quelques recherches, j’ai appris que ce n’était pas une faluche mais un khâlot !

Un khâlot ? Késaco ?

Wikipedia, a une page consacrée au khâlot, le lien est ici : wikipedia khalot

Je vous le fais court, en résumé : le khâlot, c’est la coiffe traditionnelle des étudiants en classes préparatoires, et surtout des taupins, les étudiants des classes préparatoires scientifiques (maths sup, maths spé). 

Cette coiffe est inspiré du calot militaire, en effet, le taupin se préparait à entrer à l’école Polytechnique, à St-Cyr ou à l’école navale qui sont des écoles militaires.

Comme la faluche, le khâlot est décoré selon des codes très stricts, en fonction des goûts et du cursus de l’étudiant.

Nous allons donc déchiffrer les inscriptions de ce khâlot !

Décryptons notre khâlot !

Voici une photo d’un des cotés de notre khâlot !

Tout d’abord la couleur : noir avec un liseré rouge : c’est bien le khâlot d’un taupin, en effet wikipédia nous apprends :

Traditionnellement les couleurs adoptées sont :
pour les taupins : bleu-noir à liseré rouge ou jaune (le noir et rouge étant les couleurs de l’uniforme des polytechniciens) ;
pour les littéraires : marron à liseré jaune ou rouge ;
pour les agros : vert à liseré jaune ;
pour les H.E.C. : bleu ciel ;
pour les vétos : rouge.

Les inscriptions et les insignes :

HOCHE : il s’agit du lycée HOCHE à Versailles, un lycée réputé pour ses classes préparatoires.

Les insignes des villes sont assez explicites : Versailles, Paris, Aurillac (d’où était vraisemblablement originaire notre taupin puisque c’est à Aurillac que Graziella a chiné ce khâlot), Toulouse (ça je ne sais pas pourquoi!).

Enfin 154 et 54 doivent correspondre au numéro de la promotion.

L’autre face est plus parlante.

Voici le résultat de mes investigations :

Les 3 étoiles : c’est un khârré, un élève de deuxième année (une première étoile en première année + 2 étoiles en deuxième année)

Le maillet et le marteau : qui a déjà un travail ?

Le dromadaire à l’envers : son cœur n’est pas à prendre !

Pioche, marteau, casque et lampe de mineur : prépare le concours de l’école des mines.

La cornue et le ballon : travail de laboratoire.

Le compas et le marteau : prépare le concours des BTP.

Les skis : il aime le ski (à Aurillac, il y a de la neige en hiver).

L’aigle ou l’épervier : il aime l’aviation.

La bouteille de champagne : il a déjà pris une cuite.

Je me suis aidé des infos glanées sur ces sites : guide du khâlot et  blouse et calot

Le khâlot nous donne quasiment tout le CV de cet étudiant.

J’ai lu aussi qu’à l’intérieur on pouvait trouver des insignes significatifs de la vie privée du porteur du khalot, mais rien à l’intérieur de ce khâlot là !

L’argot des taupins

Vous vous demandez peut-être d’où vient cette curieuse orthographe khâlot et non pas calot.

C’est l’argot des classes prépas. Dans ces classes, on aime bien écrire les mots avec kh et ^, ça donne un petit air grec, un peu pédant.

Ainsi, une interrogation orale est appelée une khôlle, un élève en deuxième année un khârré ou 3/2, un qui redouble sa deuxième année est un khûbe ou 5/2, la classe prépa littéraire est appelé khâgne.

Il y a aussi d’autres spécificités dans le jargon des prépas, nous avons déjà vu, un étudiant en classe prépa scientifique est un taupin, un khâgneux est en prépa littéraire mais aussi un épice (pour épicier) est en prépa commerciale (prépa HEC).

un bizu ou bizut, est un étudiant en première année, qui a donné bizutage (c’est une tradition qui est heureusement interdite de nos jours).

l’X désigne l’école polytechnique, en effet l’insigne de l’école polytechnique comporte 2 canons croisés en X, comme on peut le voir sur le bouton d’uniforme de polytechnicien ci-dessous.

C’est un jeu de mots mathématiques qui a donné les désignations de 3/2 et 5/2.

Le calcul mathématique est ici :

Quand on intègre l’x entre 1 et 2, on obtient 3/2, entre 2 et 3, on obtient 5/2.

Voilà, ce khâlot nous aura permis aujourd’hui de nous familiariser avec les traditions et les coutumes des étudiants des classes préparatoires.

L’objet est disponible sur le site de ma petite brocante, voici le lien : le khâlot du taupin !

De la résistance à la Sainte Vierge

La brocante des mots

Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots…

Plutôt que de vous raconter des histoires d’objets, je vais vous raconter aujourd’hui des histoires de mots. Je me pose souvent la question de l’origine des mots et les liens entre les mots sont souvent amusants, surprenants. Et là, un objet particulier m’a donné l’envie de vous parler de mots. 

Des maquisards au maquis corse

Le mot de départ m’a été donné par un objet insolite et historique que Graziella a déniché. C’est un tableau de jeu intitulé « le maquis« . Le dessin est signé M. Boyer 44 et porte l’indication Litho R. Lidon Brive.

Le maquis (1944)

C’est un témoignage de la résistance en Limousin. N’oubliez pas que notre petite brocante est située à Brive dans le sud du Limousin. Le Limousin est une région où la résistance a été très active et qui a été marquée par les massacres de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Pendant l’occupation, des jeunes français engagés dans la résistance qui se cachaient dans les bois et les forêts étaient appelés les maquisards.

Les maquisards prenaient le « maquis » pour échapper aux forces d’occupation comme jadis, les bandits corses, prenaient le maquis pour échapper aux forces de l’ordre.

Voici une photo d’Antoine Bonelli dit « Bellacoscia » de Bocognano, un des plus célèbres bandits corses du XIXème siècle, il tiendra le maquis pendant plus de 40 ans !

Bellacoscia, un bandit corse ayant pris le maquis

L’histoire de Bellacoscia sur un site dédié à la Corse et aux bandits corses

Du maquis corse au café macchiatto

Le maquis, c’est la végétation que l’on rencontre en Corse : des arbustes et des buissons. C’est une végétation dense où il est très difficile de s’y déplacer. On emploie d’ailleurs le terme de maquis pour décrire une situation inextricable : le maquis d’une procédure.

Voici le maquis tel que le représente Uderzo dans « Astérix en Corse« .

Le maquis dans Asterix en Corse

Le mot français maquis vient du mot corse machja (c’est un mot féminin) qui désigne cette végétation.

Observez dans cet image ce qui caractérise le maquis : une végétation dense avec tout un tas de nuances de couleurs.

Le mot corse machja vient du mot italien macchia : tache car les différentes essences qui composent le maquis forment des taches de couleur. Le maquis est une végétation d’aspect tacheté. Au printemps, quand les cistes sont en fleurs, c’est encore plus vrai !

En Italie, si dans un bistrot vous demandez un café macchiatto, on vous servira un café « taché » d’un pointe de lait.

Un café (ou plutôt caffè) macchiatto

Si vous cherchez des tasses à café, allez voir sur le site !

Du café macchiatto à la sainte Vierge

Les mots italiens macchia (tache), macchiatto (taché, tacheté) viennent du latin macula (une tache).

Ce mot latin a donné au français, immaculé : qui est sans tache.

Comme la Vierge Marie qui depuis sa conception dans le sein de sa mère n’a jamais été tachée par le péché originel.

Cette belle image était à la vente sur le site de ma petite brocante !

Pour en savoir plus : L’immaculée conception sur wikipedia

Coïncidence amusante : la Sainte Vierge est la patronne de la Corse et le 8 décembre, jour de l’immaculée Conception est considéré comme la fête de la Corse.

Cette petite leçon de vocabulaire de bon aloi nous aura conduit des maquis du Limousin à la pureté de la Sainte Vierge en passant par la Corse et le café au lait à l’italienne !

Merci qui ?

Merci Maître (Cappé)Louis !

Des affiches à l’école

Une affiche pédagogique

Graziella a mis à la vente récemment de belles affiches scolaires Rossignol, regardez :

Vous pouvez en trouver d’autres sur le site en cliquant ici.

J’adore ces affiches scolaires. Ça a un petit côté vieillot, ça sent la craie et la colle à papier, l’école de notre enfance, la leçon de choses …  Du coup, j’avais envie de vous parler un peu des affiches scolaires…

Histoire de la décoration scolaire

A la fin du XIXe siècle, les livres d’école n’avaient pas d’images, et les affiches permettaient au maître d’école d’illustrer une leçon de manière plus vivante. Victor Duruy, ministre de l’Instruction Publique sous le Second Empire déclarait « Je voudrais que les murailles de nos 70000 écoles fussent couvertes, du haut en bas d’images ». Plus tard, Jules Ferry créera en 1879 la Commission de la décoration des écoles.

Les affiches scolaires étaient conformes aux valeurs que transmettaient les instituteurs, ces hussards noirs de la République. Elles mettaient en valeur, le travail et les métiers, les richesses de la France et de son empire colonial, les progrès technologiques d’une nation en marche vers la modernité.

Admirez par exemple cette représentation de la bataille de Valmy. Remarquez le moulin au second plan !

C’est important, c’est la première victoire de l’armée de la République ! Et c’est l’armée du peuple !

Maintenant, je suis aussi tombé sur cette affiche :

C’est Saint Vincent de Paul. Je pense que cette affiche était plutôt destinée aux écoles privées ! Pas assez laïque à mon avis.

Affiches seventies

Graziella a aussi des affiches plus récentes, des années 70. Les affiches sont moins réalistes, plus pop, et aujourd’hui, vintage !

On y rencontre Daniel et Valérie ou Rémi et Colette.

Je vous présente Rémi et Colette, avec leur maman :

Daniel et Valérie au salon de thé :

Ces images me sont familières, ce sont celles que je voyais quand j’étais écolier.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, on rencontre moins d’affiches dans les écoles. Dans les années 70 le projecteur de diapositives a fait sa rentrée à l’école, et puis l’écran de télévision, le vidéoprojecteur, et maintenant, le tableau blanc interactif ! Et les enfants ont des iPad !

C’est génial toutes ces inventions, mais c’était quand même chouette ces affiches d’antan !

Pour aller plus loin

Si le sujet vous plait, allez donc faire un tour sur ce site d’un passionné d’affiches scolaires.

 Et n’hésitez pas à flâner sur le site de ma-petite-brocante, Graziella en propose de temps en temps car elle adore les chiner. C’est sympa comme déco !

 Bon, allez jouer dans la cour les enfants, c’est l’heure de la récréation…

Maître Louis.

Des buvards… bavards ou un conte de Noël

Le mois dernier, c’était les fêtes, vous connaissez sûrement cette tradition provençale des 13 desserts. Un de ces treize dessert est le nougat.

Dans cette note, je vais vous parler aujourd’hui de nougat, mais aussi de buvards et je vais même vous raconter une belle histoire en images…

Merci Tonton Louis !

Commençons par les buvards

Un buvard, les jeunes d’aujourd’hui ne savent même plus ce que c’est. Donc jeunes gens, sachez que vos parents et grands-parents écrivaient au porte-plume. L’encre ne séchait pas instantanément, on pouvait alors se tacher la main et faire d’horribles taches sur sa feuille. Pour éviter ce phénomène, on utilisait des buvards : des sous-mains en papier poreux qui « buvaient » l’encre. Il existait des buvards simples, unis, qu’on pouvait acheter à la papeterie (encore un magasin en voie de disparition) mais il a existé aussi de nombreux buvards publicitaires gratuits. En effet quel beau support publicitaire que le buvard, on l’a souvent sous les yeux ! On employait d’ailleurs plus souvent à l’époque le terme de réclame plutôt que publicité !

Graziella en déniche parfois et en a souvent à la vente. Certains de ces clients les apprécient particulièrement : ce sont parfois des nostalgiques du porte-plume, mais aussi des calligraphes et même des illustrateurs…

Graziella a déniché une belle série de 12 buvards que je vais vous présenter…

Buvards Chabert et Guillot

Il s’agit donc d’une série de 12 buvards publicitaires formant une suite. Chabert et Guillot sont à Montélimar, c’est une ancienne et honorable maison de nougatiers qui existe encore aujourd’hui et qui a été fondée en 1848.

Vous pourrez en savoir plus en consultant wikipedia ou le site de cette société.

A une certaine époque (je ne suis pas capable de dater ces objets, mais on dira autour des années 1960 ), cette société a donc sorti une magnifique suite de 12 buvards racontant une légende.

Les enfants, Tonton Louis va vous conter cette légende avec de belles images… et plus ou moins en alexandrins (surtout au début mais ça ne rime pas toujours, ensuite, quelques-uns sont un peu boiteux et après ça part en vrille). ce sont des vers de mirliton, ou plutôt, de marmiton !

Buvard n°1

Jadis en un château dominant la vallée,

vivait gente princesse fille des Adhémar.

A cent lieues à la ronde, il n’était jeune fille

si charmante, si douce, si comblée par les fées.

Buvard n°2

Un pauvre marmiton amoureux de la belle,

la contemplait souvent aux grilles du manoir.

Poête ou troubadour il eut chanté pour elle,

peintre, il en eut laissé de ravissant portraits…

Buvard n°3

Colas, avec son feu, sa science, ses marmites,

tenta de faire mieux. En un chaudron de cuivre

versa doux miel de Provence dont le reflet doré

rappelait ses cheveux…

Buvard n°4

De belles amandes douces cassa puis grilla en brun clair : la couleur de ses yeux. De rouges pralines mit encore, et son visage entier soudain lui apparut. Cette bouche vermeille lui souriait enfin.

Buvard n°5

Mais pourrait-il un jour autrement qu’en vision lui déclarer sa flamme ? Hélas, vint chevalier illustre et fortuné demander au Seigneur la main de la Princesse.

Buvard n°6

Et ce fut au château fastes, réjouissances, puis le Prince charmant enleva l’épousée. Seul et désespéré le pauvre marmiton ne songea qu’à la mort pour lui ôter le poids d’une vie sans objet.

Buvard n°7

Sur un blanc parchemin il écrit sa détresse, il dit aussi comment le miel, les amandes et les rouges pralines lui donnèrent la vision de celle qu’il aimait.

Buvard n°8

Profitant de la nuit, à l’abri des regards il va cacher le test en un machicoulis, et pensant à sa belle, se jette dans le vide.

Buvard 8

Buvard n°9

Des siècles ont passé. De l’antique château il ne reste que ruines où parfois vont jouer les enfants de la ville.

Buvard 9 : la tour ruinée

Buvard n°10

C’est ainsi que l’un d’eux, plus hardi que les autres, dans le fond d’une douve, par hasard, découvrit le vieux, vieux parchemin.

Buvard 10, enfants dans les ruines

Buvard n°11

Miel, amandes, pralines ! Qui donc se chargerait de traduire ce grimoire ?…
Mais CHABERT et GUILLOT, les maîtres confiseurs. Ainsi dit, ainsi fait. Voici comment, dit la légende, est né le délicieux Nougat CHABERT et GUILLOT sous le signe de la Ruche d’OR.

Buvard 11, la ruche d'or

Buvard n°12

Et depuis, au quatre coins de Monde, CHABERT et GUILLOT ambassadeurs de Montélimar, patrie du Nougat, ont su faire apprécier par les petits et par les grands cette succulente friandise.

Buvard 12, Chabert et Guillot rules the world !

Le home cinéma de papa

Un jouet vintage

Encore un chouette objet vintage déniché par Graziella : un minéma, un projecteur jouet vendu sous la marque Meccano (les jeux de construction mécanique).

Boite projecteur minéma
La boîte du produit
Projecteur minéma et films
Le projecteur et les films

Remarquez la belle couleur orange très seventies du jouet !

Voici la description de l’appareil tel qu’elle est donnée sur la boite : 

Minema fonctionne avec 3 piles de 1,5 V : 

Facile à transporter

Ni fil, ni prise de courant,

Juste un bouton à pousser et une bande à tirer

Projette une image carrée de 1,5 m maximum sur une surface claire

Le coffret contient un projecteur de 8 bandes de 7 vues couleurs.

C’est Robin des bois, le dessin animé de Walt Disney qui est fourni dans ce coffret.

Mais Graziella propose dans le lot beaucoup d’autres vues : Pinocchio, Blanche Neige et divers personnages de Walt Disney (Mickey, Donald, Dingo, etc..).

Le film Robin des bois date de 1973 (mes parents m’avaient amené le voir au cinéma, j’avais 6 ou 7 ans).

On peut donc penser que cet appareil date de cette époque.

J’ai fait quelques recherches sur cet appareil, je suis tombé en particulier sur les brevets déposés.

Trésors de la langue technique : les brevets d’invention !

Le brevet américain date d’avril 1961 et le brevet français de décembre de la même année.

C’est toujours très intéressant ces demandes de brevet, les illustrations sont délicieusement rétros.

extrait brevet minéma, schéma

La prose associée  n’est pas mal non plus, je cite : « La présente invention vise essentiellement à permettre d’établir un projecteur à piles de construction simple, susceptible d’être utilisé par de jeunes enfants pour projeter une série de dessins en couleurs ou de vues de tout autre genre, sur un mur ou autre surface appropriée ».

Pour les descriptions techniques, c’est encore mieux !

extrait brevet minéma détaillé

Là-aussi, la prose technique est une pure merveille et je tire mon chapeau au gars qui a traduit ce document à partir du brevet américain : « Le corps comporte une partie 21 en forme d’embase, disposée au-dessous de la chambre à piles 13. Il y a lieu de noter que la paroi antérieure 22 de l’embase 21 est plus haute que sa paroi arrière 23. Par conséquent, lorsqu’on place l’embase 21 sur une table ou autre surface horizontale, l’axe de la chambre de protection est légèrement orienté vers le haut de sorte que l’image peut être projetée sur un écran à une hauteur convenable, sans que l’on soit gêné par la table ou autre surface de support ».

Le bonhomme te raconte un simple projecteur-jouet de gamin comme si c’était une centrale nucléaire !

Un jouet qui cartonne

L’idée marketing était simple mais révolutionnaire : permettre à un enfant de faire une projection de « cinéma » sans danger (ça fonctionne à piles), sans ruiner les parents : pas de mécanique de précision mais beaucoup de pièces en plastique.

Pour les contenus, on s’associe avec Disney : Meccano a fait un carton avec ce jouet !

Bien entendu, il faut se placer dans le contexte de l’époque : tous les gens n’avaient pas la télé couleur, il n’y avait que 2 ou 3 chaines de télévision (la troisième chaîne n’a commencé à émettre qu’en 1973). Les enfants n’avaient pas de télé dans leurs chambres, pas d’ordinateur et les films de Walt Disney, c’était au cinéma, une fois par an, à Noël !

 A l’époque, quand tu allumais la télé le matin, tu tombais sur ça :

mire ortf

Variations

Meccano a décliné le concept avec une gamme de produits similaires.

Voici un extrait d’un catalogue meccano 1979-1980

catalogue minema
Catalogue meccano vintage

Remarquez le produit haut de gamme, le minicinex : un projecteur de cinéma 8 mm à piles, avec mouvement manuel à manivelle. Des vrais dessins animés, plus des bandes dessinées projetées !

le minicinex
Le minicinex

Techniquement, les concepteurs avait fait des efforts avec un système de film sans fin dans une bobine permettant de faire de la projection en continu (quand c’est fini ça recommence !).

extrait brevet minicinex
Brevet minicinex

Pour les contenus, Meccano a su se diversifier et à ajouter la guerre des étoiles à son catalogue !

boite star wars minicinex
La guerre des étoiles (on ne disait pas encore Star Wars)

Quelle belle époque, c’était chouette le home-cinéma de Papa !

Louis

Pour en savoir plus, voici quelques liens intéressant :

Une page sur les projecteurs jouets, bien documentée

un catalogue meccano de l’époque

Un peu de géopolitique (avec une boîte de cubes)

Une boîte de cubes…

Aujourd’hui, Graziella m’a montré une jolie boîte de cubes :  » Tiens,essaye de me dater cette boîte, avec les cartes, tu devrais y arriver, moi j’ai pas trop le temps… »

Boite de cubes

La boîte est à la vente sur le site.

La boite est jolie, elle permet de réaliser 6 figures différentes : la France, l’Europe, l’Asie, l’Amérique, l’Afrique, et une mappemonde qui représente la terre. Pour l’Océanie, pas de carte : ils devaient manquer d’encre bleue 😉 .

Comment dater cet objet ? C’est simple, la carte (politique) de la France et du globe évoluant au cours du temps, on doit pouvoir dater une carte à partir de son contenu !

La carte de France

J’ai commencé par analyser la carte de la France. 

Carte de France ancienne

Un bref coup d’œil sur quelques départements me montre qu’elle ne date pas d’aujourd’hui : Basses Alpes, Basses Pyrénées, Côtes du Nord, Loire inférieure, Seine inférieure, Seine et Oise. Un bref coup d’oeil sur Wikipédia m’apprend les dates de changement de nom de ces départements :  Basses Alpes : 1970, Basses Pyrénées :1969, Cotes du Nord : 1990, Loire inférieure : 1957, Seine-inférieure : 1955, Seine et Oise : 1968.

J’aurais bien regardé si la Corse était divisé en un ou deux départements, mais ils ne l’ont même pas mis !

Verdict : la boite est antérieure à 1955 !

En regardant de plus près, je constate que l’Alsace et la Lorraine sont confondues !

Alsace et Lorraine sur carte ancienne

En y regardant bien, Metz et Strasbourg sont de l’autre coté de la frontière. Vous remarquerez qu’elle ne sont pas coloriées comme l’Allemagne ! Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine !

La carte de l’Europe

Je regarde alors la carte de l’Europe !

Carte ancienne de l'Europe

Alors là, ça change pas mal de ce qu’on connait aujourd’hui : Empire Allemand, Autriche-Hongrie !

Plus de doutes,  nous sommes entre 1871 et 1918 !

On arrive à dater notre boîte à 50 ans près ! 

Mais quand même, j’aimerais bien savoir : elle est fin XIXème ou début XXème cette boite de cube ?

L’Afrique et l’Amérique

Tant qu’à faire, regardons les autres cartes : l’Afrique et l’Amérique.

On commence par l’Afrique:

Carte ancienne Afrique

On est en pleine géographie vintage : Soudan français, Afrique orientale allemande, Est africain portugais, Etat indépendant du Congo, et j’en passe.

Wikipedia toujours : état indépendant du Congo : 1885 – 1908. La fourchette se resserre : 23 ans près, mais toujours pas moyen de savoir si cette fichue boîte de cubes date de la fin du XIXème ou du début du XXème siècle !

Passons à l’Amérique !

Carte ancienne Amérique

Pas de Canada mais une Amérique anglaise ! La Patagonie est un état séparé de l’Argentine et du Chili !

On doit pouvoir exploiter toutes ces informations !

Un algorithme existe !

Et puis finalement, en cherchant bien sur Google, j’ai vu que d’autres personnes ont réfléchi sur ce problème et je suis tombé sur ce document :

Algorithme datation carte

Vous le verrez mieux ici

Ce document est formidable (et même drôle) !

Alors, on suit l’algorithme :

Istanbul ou Constantinople ? Constantinople ! (donc avant 1930)

L’une de ces propositions suivantes est elle vraie ?

-Le Canada est indépendant ? (On dirait que Non)

-L’Alaska appartient aux Etats-Unis ?(il semblerait, c’est la même couleur)

– Tokyo s’appelle Tokyo ( Pas de Tokyo sur ma carte)

Donc on passe à OUI à cause de l’Alaska !

Afrique du Sud : NON (Colonie du Cap, Transvaal etc..)

Rhodésie : NON (Zambezie anglaise !)

La Bolivie est enclavée ? OUI 

Réponse 1884-1885 ! Ca colle avec mon Congo 1885-1908 !

Et la réponse est :

La boîte de cubes date de 1885 !

Et voilà,  un assistant brocanteur qui a encore appris quelque chose !

Louis

P.S: en regardant bien la carte de l’Europe, j’ai trouvé un état nommé Roumélie Orientale au sud de la Bulgarie !

Et là, Wikipédia : article Roumélie orientale : L’histoire de ce territoire dure sept ans, de 1878 à 1885 ! 

Une preuve de plus !