La véritable histoire des tasses Mobil

Cet article a initialement été publié sur le premier blog de ma petite brocante en 2010 (midiblog). Ce service ayant fermé, nous le reproduisons ici.

Les tasses Mobil

Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre…

En ce temps-là, en France, on achetait de l’essence dans des vraies stations-services. C’étaient des stations pas des petites infrastructures sur des parkings d’hypermarché. Il y avait un pompiste et une boutique où l’on allait payer. Il y en avait beaucoup plus que maintenant et il y avait plusieurs marques. Pour fidéliser leur clientèle, les stations services distribuaient des points de fidélité à chaque fois que l’on faisait le plein. En cumulant plusieurs points, on avait droit à un cadeau.

Tasse mobil

Dans les années 70, les stations Mobil offraient de la vaisselle. En particulier des tasses (aujourd’hui on dirait plutôt des mugs), avec un décor très pop et des couleurs tout aussi assorties, complètement dans l’air du temps de cette époque.

Ces tasses ont eu un très gros succès. On en trouvait dans toutes les familles.

On en rencontre souvent au hasard des brocantes et vous en trouverez sur mon site marchand :

Les tasses Mobil sur le site de ma petite brocante

C’est un exemple type du design des années 70.

Sur de nombreux sites internet, ces tasses vintage ont été attribuées à Richard Sapper.

Ce célèbre designer n’a rien à voir avec la tasse Mobil et ma petite brocante tient à rendre à César ce qui appartient à César !

Le créateur de ces tasses s’appelle Jean-Charles Meunier, il a aujourd’hui 70 ans, il est originaire du nord de la France. Mais laissons-le raconter lui-même l’histoire de la création de cemodèle.

J-C Meunier, créateur des tasses Mobil

Histoire de la création de la tasse Mobil

A propos de la tasse « Mobil », je fais donc le plus court possible pour vous rapporter avec plaisir cette naissance que j’ai vécue « plein pot » en 1972. 

Arrivant en droite ligne de mon Nord natal, « j’ai atterri » rue d’Alésia à Paris, à « l’Atelier 24 » dirigé par 2 graphistes associés, Claude Maurel et Claude Niclas. Je devenais donc le 3ème dessinateur, mais non associé.

Un jour, il y a eu un affolement au studio. Il fallait d’urgence créer un motif floral destiné à un support de cuisine (sans savoir lequel) pour un « gros client budget »,lequel client avait choisi l’Atelier 24 pour le représenter à un concours hors norme. 
Après plusieurs esquisses, rien de valable ne sortait du studio. Et puis, l’échéance arrivant, Claude Maurel a décidé tout à coup de m’envoyer présenter le fameux « dessin merdique » que j’avais « pondu » sans conviction et même pas fini.Selon lui, c’était honteux de présenter un projet bâclé de la sorte, d’autant plus que la concurrence était acharnée… avec des très beaux dessins fignolés à l’appui.


Bref, aujourd’hui les collectionneurs semblent s’arracher cette toute simple tasse Mobil pourvue d’un tout simple dessin né d’un manque d’imagination notoire!

Je me souviens forcément de l’hôtel Intercontinental où l’on m’a accueilli.  C’est le directeur en personne qui a réceptionné le paquet devant moi. Et en se dirigeant vers la salle d’exposition pour y découvrir le dessin, il n’a pas pu s’empêcher de sourire en ajoutant quelques quolibets à l’égard de notre équipe s’assurant au passage que je représentais bien l’Atelier 24, sinon l’auteur lui-même…

Bien plus tard, c’est en se tordant de rires que Claude Maurel m’a appris joyeusement qu’on avait retenu « mon dessin de merde pour Mobil », s’était-il esclaffé.

Ce jour-là, avec « les 2 Claude »,  Maurel et Niclas, j’ai bien ri  aussi et on a bu un bon coup pour cet événement inattendu. J’ai cru que les 2 associés plaisantaient vraiment jusqu’à ce que je découvre les bons d’essence/cadeaux des stations Mobil… où j’ai pu voir tout étonné « mon dessin » et gagner des tasses!!

Voila, c’était la petite histoire des tasses Mobil. N’hésitez plus à chiner ces beaux objets, adoptez la brocantitude !

Une collection de tasses Mobil

Graziella